AVERTISSEMENT !
thumbs-up

Dans ce classement, vous ne verrez pas les enseignes et les marques suivantes.
Elles ont refusé de nous répondre malgré nos sollicitations.

Les enseignes: Aldi, Cora, Biomonde, Les comptoirs de la bio, NaturéO
Les marques: Bigard, Jean Floch, Porc Montagnes, La Vie Claire

thumbs-up Découvrez en 1 clic le classement des marques qui nous ont répondu

Les marques au radar du « Castra-Score »

En un clin d’œil, découvrez si les marques et distributeurs s’engagent ou non contre la castration des porcelets !

Tirant des leçons de ses nombreux entretiens avec les entreprises de l’agro-alimentaire et de la distribution, Welfarm a établi un classement des enseignes et marques engagées contre la castration physique des porcelets, selon 4 critères.

Brocéliande
5 | 0 1 2 3 4
Avec près de 100% de ses approvisionnements en viande de porcs non castrés, Brocéliande est la marque française la plus engagée contre la castration des porcelets !
Moyenne : 5/5
Madrange
5 | 0 1 2 3 4
Madrange est la marque la plus importante de la Cooperl (en volume), coopérative agricole pionnière du mâle entier en France. Près de 95% de ses approvisionnements sont en porcs mâles entiers !
Moyenne : 4.9/5
Herta
5 | 0 1 2 3 4
La marque Herta a annoncé l’arrêt total de la castration physique des porcs sur ses produits d'ici fin 2023 ! Elle s’approvisionne déjà à 70% de porcs mâles entiers.
Moyenne : 4.4/5
Montagne noire
5 | 0 1 2 3 4
80% des approvisionnements de la marque Montagne noire sont issus de femelles et de porcs mâles non castrés, y compris pour les produits secs qui sont sa spécialité.
Moyenne : 4.1/5
Fleury Michon
5 | 0 1 2 3 4
70% des approvisionnements de la marque Fleury Michon sont issus de porcs mâles entiers. Fleury Michon agit avec ses fournisseurs pour atteindre ses objectifs d’approvisionnement de 100% de mâles non castrés. Bien que l’enseigne Fleury Michon ne se soit pas engagée en faveur de l’arrêt de la castration physique, elle privilégie les porcs non castrés lors de ses achats et agit avec ses fournisseurs pour atteindre 100% de mâles non castrés dans ses approvisionnements. 
Moyenne : 3.9/5
Lidl
5 | 0 1 2 3 4
Lidl s’est positionnée publiquement en faveur de l’élevage de mâles entiers et de l’immunocastration. Tout en expliquant ne pas avoir suffisamment de marge de manœuvre pour pouvoir s’engager à bannir les porcs mâles castrés de ses approvisionnements à terme, l’enseigne indique encourager ses fournisseurs à privilégier les alternatives non mutilantes.
Moyenne : 3.8/5
Hénaff
5 | 0 1 2 3 4
Avec son projet FINARBED, Hénaff s’est engagée publiquement pour l’arrêt total de la castration dans sa filière conventionnelle en 2030 !
Moyenne : 3.7/5
Carrefour
5 | 0 1 2 3 4
Environ 25% des approvisionnements du groupe Carrefour France sont issus de porcs mâles entiers. Carrefour s’est positionné publiquement pour atteindre 100% de porcs mâles non castrés dans ses approvisionnements et l’enseigne a, par le passé, encouragé ses fournisseurs à bannir cette pratique.
Moyenne : 3.5/5
Les Mousquetaires*
5 | 0 1 2 3 4
50% des approvisionnements du groupe Les Mousquetaires sont issus de porcs mâles entiers. Leur objectif est d’atteindre 0% de carcasses odorantes en abattoir.
Moyenne : 2.8/5
Pierre Schmidt
5 | 0 1 2 3 4
La marque Pierre Schmidt est favorable aux alternatives à la castration physique des porcelets, même si elle n’en est qu’au début de sa phase de prospection.
Moyenne : 2.7/5
Système U*
5 | 0 1 2 3 4
84% des viandes présentes sur les étals des boucheries des enseignes du groupe Système U sont issus de porcs mâles non castrés (hors bio).
Moyenne : 2.5/5
Leclerc*
5 | 0 1 2 3 4
Le groupe Leclerc est au début de sa phase de tests pour développer son offre en porcs mâles entiers et immunocastrés.
Moyenne : 2.3/5
Auchan
5 | 0 1 2 3 4
Auchan n’a pas engagé de dialogue avec ses fournisseurs pour les pousser vers les alternatives à la castration physique des porcelets. L’enseigne n’est pas fermée aux alternatives mais indique vouloir s’assurer de l’acceptabilité de l’immunocastration pour les consommateurs.
Moyenne : 1.7/5
Casino*
5 | 0 1 2 3 4
Casino se montre plutôt favorable au mâle entier, mais doit encore développer sa politique en faveur des alternatives à la castration.
Moyenne : 1.5/5
Colruyt France*
5 | 0 1 2 3 4
Colruyt France ne déploie aucune politique spécifique en faveur des alternatives à la castration des porcelets.
Moyenne : 1.5/5
Biocoop
5 | 0 1 2 3 4
Biocoop souhaite à terme s’approvisionner en porcs mâles non castrés. L’enseigne ne déploie cependant aucune politique destinée à parvenir spécifiquement à cet objectif.
Moyenne : 1.3/5
Schiever*
5 | 0 1 2 3 4
Le groupe Schiever (ATAC, Maximarché...) envisage éventuellement de discuter avec ses fournisseurs des alternatives à la castration physique, avant de pouvoir songer à des engagements sur le sujet.
Moyenne : 1/5
* Marque de distributeur

Merci aux acteurs de l’agroalimentaire et de la grande distribution de nous avoir rencontrés.

Malheureusement, un certain nombre d’enseignes et de marques ont refusé d’échanger sur ce sujet ou n’ont pas répondu… Voici la liste des réfractaires :

Les enseignes: Aldi, Cora, Biomonde, Les comptoirs de la bio, NaturéO
Les marques: Bigard, Jean Floch, Porc Montagnes, La Vie Claire

Communication ou engagement public en faveur de l’arrêt de la castration physique
0 1 2 3 4 5
Madrange
Brocéliande
Herta
Hénaff
Montagne noire
Fleury Michon
Lidl
Carrefour
Leclerc*
Les Mousquetaires*
Système U*
Pierre Schmidt
Auchan
Casino*
Colruyt France*
Biocoop
Schiever*
Approvisionnement en porcs non castrés physiquement
0 1 2 3 4 5
Brocéliande
Madrange
Herta
Montagne noire
Fleury Michon
Carrefour
Les Mousquetaires*
Système U*
Leclerc*
Colruyt France*
Biocoop
Schiever*
Hénaff - Non répondu
Lidl - Non répondu
Pierre Schmidt - Non répondu
Auchan - Non répondu
Casino* - Non répondu
Positionnement interne en faveur des alternatives à la castration physique
0 1 2 3 4 5
Brocéliande
Herta
Montagne noire
Fleury Michon
Lidl
Hénaff
Carrefour
Madrange
Pierre Schmidt
Auchan
Colruyt France*
Les Mousquetaires*
Leclerc*
Système U*
Casino*
Biocoop
Schiever* - Non répondu
Actions concrètes en faveur des alternatives (discussions avec les fournisseurs, tests, formations…)
0 1 2 3 4 5
Brocéliande
Madrange
Montagne noire
Herta
Fleury Michon
Lidl
Système U*
Les Mousquetaires*
Hénaff
Pierre Schmidt
Leclerc*
Casino*
Auchan
Colruyt France*
Biocoop
Carrefour - Non répondu
Schiever* - Non répondu

Pourquoi castrer les porcelets ?

Pourquoi castrer les porcelets ?

Tous les modes d’élevage sont-ils concernés ?

La fin de la castration à vif, une bonne nouvelle ?

La fin de la castration à vif, une bonne nouvelle ?

WELFARM milite pour des solutions éthiques

WELFARM milite pour des solutions éthiques

WELFARM milite pour des solutions éthiques

WELFARM milite pour des solutions éthiques

La viande de certains porcs mâles peut dégager une odeur désagréable à la première cuisson.

Pour éviter le développement de celle-ci et obtenir une viande plus grasse, les porcelets mâles sont castrés quelques jours après leur naissance.

Or, ce risque ne concerne qu’un faible nombre d’animaux (moins de 5% des carcasses) et, quand c’est le cas, moins de 1 consommateur sur 2 y est sensible !

Pourtant, dans la majorité des élevages, les porcelets sont castrés de manière systématique. Cette pratique entraîne de vives douleurs chez l’animal, pendant l’opération et plusieurs jours après.

Environ 75% des porcelets sont castrés chaque année, soit près de 9 millions d’individus Aucun système d’élevage n’est épargné : cette pratique peut aussi être réalisée dans les élevages bio.

Elle est même rendue obligatoire dans les cahiers des charges du label Rouge et de certaines IGP (Indications Géographiques Protégées).

En 2020, un arrêté a prévu l’arrêt de la castration à vif à compter du 1er janvier 2022… mais ce texte autorise les éleveurs à pratiquer la castration sous anesthésie et analgésie.

Cette proposition est insatisfaisante.

Même castrés sous anesthésie et analgésie, les porcelets peuvent souffrir. Sans la présence d’un vétérinaire, il est impossible de s’assurer que l’anesthésie a correctement été effectuée par l’éleveur. Celle-ci, pour être efficace, nécessite un temps d’attente incompatible avec les cadences de travail des élevages.

La castration sous anesthésie et analgésie ne doit donc être autorisée que de manière temporaire, dès lors que la mise en place immédiate d’alternatives est trop complexe.

L’élevage de porcs males entiers Parmi les alternatives pour lesquelles Welfarm milite, figure l’élevage de porcs mâles entiers, où les animaux ne sont pas castrés.

Des méthodes fiables ont été développées pour trier les carcasses odorantes à l’abattoir. Elles ne seront pas jetées mais destinées à des productions sans risque d’odeurs.

L’immunocastration Cette autre alternative agit comme un vaccin qui bloque temporairement l’apparition de la puberté chez les porcs. L’une des hormones responsables du développement de l’ « odeur de verrat » est ainsi inhibée.

Ce procédé ne laisse pas de traces de résidus dans la viande. Des études européennes ont montré l’acceptabilité de cette pratique chez les consommateurs.

Ces deux alternatives sont les seules acceptables sur le plan éthique. Elles sont aussi fiables,
économiquement viables et réclamées par un nombre croissant d’éleveurs.

Certains acteurs de l’agroalimentaire refusent encore de changer leurs pratiques, mais d’autres se sont engagés vers l’arrêt définitif de la castration. Par ailleurs, dans de nombreux pays européens, la grande majorité des porcs sont déjà élevés entiers.

LA FIN DE LA CASTRATION EST POSSIBLE.
COUPONS COURT À CETTE PRATIQUE !

Actualité de la campagne

Mars 2022
Notre lettre ouverte au groupe Bigard
Lire

De nombreuses marques et enseignes de distribution souhaitent augmenter la part de porcs non castrés dans leurs approvisionnements. Pourtant, malgré leur positionnement favorable aux alternatives à la castration physique, elles n’ont pas toujours la marge de manœuvre suffisante pour agir ! Au cœur du problème, ce sont les mêmes noms qui reviennent : certains abatteurs réunis au sein du syndicat Culture Viande, et plus particulièrement le groupe Bigard. À travers notre lettre ouverte, nous lui demandons donc de laisser à ses éleveurs partenaires le choix des alternatives à la castration.

Suite

Février 2022
Découvrez le Castra-Score
Lire

Quels sont les acteurs engagés en faveur de l’arrêt de la castration ? Où est-il possible d’acheter des produits issus de porcs qui n’ont pas été castrés ? Que ce soit lors des échanges sur nos stands ou dans vos messages, ces questions reviennent sans cesse ! Pour y répondre, Welfarm publie aujourd’hui son tout nouvel outil d’évaluation des marques et des enseignes de grande distribution : LE CASTRA-SCORE.

Suite

Février 2022
Des cochons en colère dans le métro parisien !
Lire

Depuis le 1er janvier 2022, les porcelets doivent être castrés avec anesthésie et analgésie. Cependant, cette mesure présentée comme satisfaisante par les pouvoirs publics, est en réalité largement insuffisante. Aucun protocole d’anesthésie et d’analgésie ne permet en effet de prendre totalement en charge la douleur des porcelets. Par conséquent, cette année encore, environ 75% des porcs français, soit près de 9 millions d’individus, seront castrés dans de terribles souffrances !

Face à cette situation intolérable, notre mascotte Couic le cochon est en colère : il en a assez d’être castré ! En parallèle du Salon de l’Agriculture, il monte donc sur Paris pour faire entendre sa grogne au public, aux acteurs institutionnels ainsi qu’aux professionnels de l’élevage et de l’agroalimentaire. Son message est simple : l’arrêt complet et définitif de la castration, au profit de l’élevage de porcs non castrés ou de l’immunocastration.

Suite

Janvier 2022
Quels sont les pays qui privilégient déjà les alternatives ?
Lire

À la suite des annonces de Culture Viande pour freiner l’arrêt de la castration en France, notre mascotte Couic le cochon est en colère : il en a assez d’être castré ! Dans notre pays, la castration physique des porcelets est encore pratiquée sur environ 75% d’entre eux mais qu’en est-il chez nos voisins européens ? Bien décidé à en savoir plus, Couic a pris son balluchon et est parti faire le tour de l’Europe ces dernières semaines, en donnant des nouvelles sur nos réseaux sociaux

 

Suite

Décembre 2021
La filière viande refuse toujours le mâle entier !
Lire

Le syndicat des entreprises françaises des viandes, Culture Viande, a fait savoir dans un communiqué de presse publié le 8 décembre dernier que le mâle entier serait dévalorisé à l’achat. Une position qui revient à freiner grandement le développement de cette alternative à la castration des porcelets, qui est pourtant la plus respectueuse du bien-être animal !

Suite

Décembre 2021
#StopCastration reçoit des soutiens politiques !
Lire

En plus du soutien massif que notre campagne reçoit du public et des professionnels engagés dans le bien-être animal, trois personnalités politiques se sont d’ores-et-déjà prononcé en faveur de nos demandes. Il s’agit de Manuel Bompard, eurodéputé, Caroline Roose, eurodéputée, et Cédric Villani, député.

Alors que Manuel Bompard est venu personnellement nous soutenir sur le stand de lancement de notre campagne #StopCastration à Paris, Caroline Roose et Cédric Villani ont quant à eux créé une vidéo de soutien :

« Je suis pour l’arrêt de la castration physique des porcelets, même celle avec anesthésie. Son alternative est d’élever des porcs mâles entiers » – Caroline Roose

« Il a fallu attendre 2021 pour attendre qu’il y ait anesthésie, mais ça n’est pas suffisant, et encore, pas toujours appliqué » – Cédric Villani

Retrouvez les photos de l’événement à Paris avec Manuel Bompard
Retrouvez la vidéo de soutien de Caroline Roose
Retrouvez la vidéo de soutien de Cédric Villani

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et Instagram.

Novembre 2021
Le ministère publie un nouvel arrêté, une déception pour Welfarm !
Lire

Le ministère de l’Agriculture a publié en toute discrétion un nouvel arrêté le 19 novembre 2021 à propos de la castration des porcelets.

Alors que des rumeurs couraient depuis plusieurs mois sur un nouvel arrêté portant sur la castration des porcs mâles, le ministère de l’Agriculture a publié un nouveau texte sur la question le 19 novembre 2021. Welfarm, qui a lancé sa campagne #StopCastration le 4 novembre dernier à Paris, est loin de se réjouir de cette nouvelle. La raison ? Cet arrêté permet encore très largement de recourir à cette mutilation. Bien qu’elle soit présentée comme une exception, rien ne change !

Suite

Novembre 2021
Retour en images sur le coup d'envoi de #StopCastration à Paris
Lire

Le 4 novembre, nous donnions le coup d’envoi de #StopCastration, notre nouvelle campagne contre la castration des porcelets, sur la Place de la République à Paris. Ce contact avec le public a permis de confirmer la confusion existante autour des annonces du gouvernement sur la fin de la castration à vif. Beaucoup de citoyens pensent que toute castration physique allait être interdite en 2022, alors qu’elle sera simplement remplacée par la castration avec anesthésie et analgésie, bien qu’aucun protocole ne permette aujourd’hui de prendre en charge totalement la douleur des porcelets.

Suite

Novembre 2021
Couic revient, et il n'est pas content... Coupons court à toute castration !
Lire

Depuis plus de dix ans, WELFARM milite contre la castration des porcelets. Nous relançons notre campagne en cette fin d’année 2021 car il y a urgence… Dans quelques semaines seulement, il sera interdit de castrer à vif les porcelets1. Aucune mesure n’est toutefois prise pour que la castration physique soit définitivement abandonnée : au contraire, cette pratique sera remplacée par celle de la castration avec anesthésie et analgésie, en dépit des multiples problèmes que cette dernière suscite ! Dans ces conditions, il y a tout à parier que les porcelets continueront de subir cette mutilation. Cette situation provoque la colère de notre mascotte Couic !

Welfarm relance donc sa campagne pour demander l’interdiction définitive de la castration des porcelets !

Suite

Septembre 2021
Welfarm écrit au ministère
Lire

En septembre 2021, le Ministre de l’Agriculture a annoncé la fin de la castration chirurgicale pour 2022… mais l’arrêté permettra de larges dérogations qui laissent, dans les faits, le champ libre à la filière pour continuer de castrer les porcelets. La castration sera autorisée par dérogations pour les cahiers des charges des productions bio, Label Rouge, AOP/AOC et à la demande des abatteurs…

Contrairement à ce que ces annonces pourraient laisser croire, rien ne change. En réponse à ses fausses mesures, Welfarm a contacté le ministre de l’Agriculture et les acteurs clés de la grande distribution et de la filière porcine pour demander le développement du mâle entier et de l’immunocastration comme alternatives à la castration physique.

Suite

Juin 2021
Bigard refuse l’élevage de mâles entiers
Lire

Le groupe Bigard refuse les alternatives à la castration des porcelets et menace, de fait, les engagements pris par les autres acteurs de la filière.

De nombreux porcelets mâles sont castrés en France pour prévenir l’apparition d’une odeur désagréable (dite « de verrat ») susceptible d’apparaître lors de la première cuisson de la viande de certaines carcasses. Bien qu’en diminution, le maintien de cette mutilation reste problématique : elle est extrêmement douloureuse et stressante pour l’animal. Le problème avancé de l’odeur ne concerne quant à lui en moyenne moins de 4% des carcasses.

Cette pratique est légale. Tout en relevant en effet que « les procédures provoquant dommages ou perte d’une partie sensible du corps sont interdites », la directive relative à la protection des porcs du 18 décembre 2008 autorise la castration des porcs mâles de moins d’une semaine par l’éleveur, et ce, sans prise en charge de la douleur. Au-delà de sept jours, c’est un vétérinaire qui doit intervenir.

Suite

La campagne
sur les réseaux sociaux